pixel Facebook

Complément d'indemnité pour le travailleur victime d'un accident du travail

Avocat Accident de travail Au Québec, le travailleur victime d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle doit être indemnisé par la CNESST tant pour ses pertes de revenus que pour toute atteinte permanente à son intégrité physique ou psychique, et ce indépendamment de la faute à l'origine du préjudice. Le travailleur a droit à une indemnité équivalant à 90% de son revenu net et, pour ses dommages corporels, à un montant forfaitaire correspondant à la somme des pourcentages de ses atteintes permanentes déterminés par le barème des dommages corporels de la CNESST.

En vertu de la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles, le travailleur ne peut donc pas poursuivre directement son employeur ni un autre travailleur pour ses dommages, même en présence d'une faute. Seule la CNESST peut prendre en charge son dossier et le compenser.

Réclamer un complément d'indemnité en sus de la CNESST

Une exception existe cependant dans la loi, et elle présente un très grand intérêt puisqu'elle permet à certaines victimes de réclamer un complément d'indemnité en sus de ce que la CNESST leur aura versé. Dans certains cas, ce complément peut d'ailleurs représenter des sommes très importantes.

Ce droit existe lorsque le dommage subi par le travailleur a été causé par un tiers, autre que son employeur ou un collègue de travail. Si la faute ayant été à l'origine des dommages a été commise par un tel tiers responsable, le travailleur aura en effet le droit de recouvrer de ce tiers une somme correspondant à ce que les tribunaux civils peuvent lui accorder dans le cadre d'une action ordinaire, déduction faite de ce qu'il aura reçu de la CNESST. La loi utilise l'expression «recouvrer l'excédent de la perte subie sur la prestation.»

Puisque le barème de la CNESST offre des montants de compensation plutôt réduits et que les tribunaux civils compensent beaucoup plus généreusement les dommages corporels, le travailleur victime d'un accident du travail attribuable à la faute d'un tiers aura souvent avantage de réclamer un tel complément d'indemnité, surtout si ses blessures sont importantes.

Ce complément d'indemnité s'obtient par le dépôt d'un recours judiciaire devant les tribunaux civils.

À titre d'exemple, un chauffeur de remorque travaillant pour l'employeur X livre un chargement de planches de bois franc à une entreprise de matériaux de construction, soit l'employeur Y. Il est grièvement blessé lorsqu'il reçoit sur lui un plein ballot de planches de bois franc compte tenu d'une manœuvre fautive commise par le conducteur du chariot élévateur de l'employeur Y. La victime reçoit une indemnité par la CNESST au montant de 62 112 $ pour compenser ses nombreuses atteintes permanentes, calculées en vertu du barème. Il poursuit également devant les tribunaux civils l'employeur Y pour lui réclamer l'excédent de ses dommages non compensés par la CNESST et obtient une indemnité additionnelle au montant de 350 000 $.

Retour

Consultation en ligne gratuite

Décrivez-nous votre problématique et nous vous informerons de ce que nous pouvons faire pour vous.

Vous avez été victime d'un accident de travail et pensez avoir droit à un complément d'indemnité ?

N'hésitez pas à nous appeler pour avoir plus d'information sur ce type de recours.

Contactez-nous maintenant!

Coordonnées

514 744-8004

1 855 744-8004

info@victime.ca

35, rue de Port-Royal est,
Bureau 100
Montréal (Québec) H3L 3T1

Heures d'ouverture

Lundi : 9h00 à 18h00
Mardi : 9h00 à 18h00
Mercredi : 9h00 à 18h00
Jeudi : 9h00 à 18h00
Vendredi : 9h00 à 18h00

Suivez-nous